Forum/:Ecriture de tout type d'histoires


Viens écrire des histoires pour peut-être, qui sait un jour te faire connaître, où pour comme la majoritité des personnes, juste t'amuser.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un monde sans fin [Mini Roman, en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 4
Date d'inscription : 08/06/2016

MessageSujet: Un monde sans fin [Mini Roman, en cours]   Mer 8 Juin - 12:48

Salut salut, bon comme vous le savez, on est surtout là pour écrire des histoires, pour moi ce sera une sorte de mini romans, avec pas de chapitres, je vous propose déjà le premier aujourd'hui. Les autres suivront ce poste, donnez moi vos avis ,je prend toujours les remarques pour évoluer.

Cette histoire est écrite avec un ami à moi.

Gros résumé pour vous aider à comprendre la suite :

Un virus fit son apparition, il a la capacité de modifier le cerveau des animaux afin qu'ils deviennent  extrêmement agressifs et tuent ~50-75% de la population humaine. Conscients que le virus n'était pas assez développé et ne touchait que les animaux, les humains ne s'étaient pas assez mobilisés. Quelques mois plus tard, le virus évolua d'un coup de manière extrêmement violente et toucha de plus en plus d'animaux, qui commençaient à muter, chacun d'une manière différente. Malheureusement il était trop tard pour réagir, et l'espèce humaine commençait petit à petit à être menacée. Les villages furent d'abord abandonnés, puis les petites villes, ce qui créa un exode. Les Humains encore vivants créèrent différents camps, se regroupant tous pour tenter de lutter, mais la menace était telle que rien ne pouvait les arrêter. Ainsi une bonne partie de l'espèce humaine périt à cette période, chacun des animaux avait trouvé sa façon de tuer, ils pouvaient prendre le temps de faire souffrir leur proie, où les tuer directement, leur sautant au visage sans que la personne ne puisse réagir.

Parfois, ils ne prennent pas la peine de dévorer. Ils le font juste pas l'instinct que le virus leur a transmit, un besoin imminent de tuer, rien que pour le plaisir. Ainsi au fur et à mesure que les années passèrent, les humains reconstruisent ce qui à l'époque fut détruit.

Des enfants naissent donc dans un cadre des plus violents et apprennent le plus tôt possible à survivre seuls, car ceux qui se montreront être les plus compétents  seront envoyés à l’extérieur, pour tenter de trouver une solution et arrêter ce massacre… Ces personnes sont choisis le plus tôt possible, de 15 ans à 20 ans car ils sont en excellente forme physique. Ils partent le plus souvent en duo mais la plupart du temps ne reviennent jamais ou alors… Un seul à survécu et la solitude l’a tellement rongée qu’il finit toujours par rebrousser le chemin. Ainsi petit à petit, plus personne ne croit à la résolution de ce problème,  et chacun apprend à vivre avec, toujours en envoyant des jeunes à l’extérieur… Mais une dernière terrible nouvelle vient tout  remettre en cause… Le virus à de nouveau évolué,  attaquant cette fois la nature, la tuant totalement, des arbres sont tombés, l’herbe est jaunie, comme si il n’avait pas plut depuis longtemps. Ce qui donne l’impression d’un monde endormi… Un monde enfouit dans un profond sommeil, qui ne se réveillera surement jamais.
Certains appellent ce phénomène la vraie fin du monde…
Le seul remède à ce virus était une plante presque impossible à trouver, pas localisée, seulement répertoriée sur un livre trouvait sur un cadavre alors qu’il était entrain de la chercher.
Personne ne sait réellement si cette plante existe vraiment...


                                                 
                                           
Un monde sans fin.
                                        Début réel


                                                           
                                                             
Chapître 1
                                                         Une dure réalité

Ambre venait d’atteindre ses 15 ans, soit l’âge qu’elle avait tant essayé de repousser. En effet, étant en parfaite état physique et possédant un mental d’acier et une agilité hors norme, elle venait d’être choisie pour sortir de sa petite ville tranquille, là où aucun de ces animaux n’avaient jamais pu entrer grâce à des personnes qui jouaient leur vie chaque jours pour la protéger.

Il fallait qu’elle se fasse à l’idée que dans quelques jours, elle se retrouverait avec une autre personne dehors, elle n’y été allée qu’une seule fois, en ayant échappé à la surveillance. Et elle le regrettait. Elle avait vu une immense ombre, d’énormes griffes et des crocs... Sanglants... A ce moment là elle avait fermé les yeux, effrayée, et si son frère ne l’avait pas attrapée à temps, elle serait morte.  

Quelqu’un toqua à la porte de sa chambre, ce qui la poussa à se redresser de son lit.
-Euh, oui ? Entrez !

Une personne entra, des cheveux bruns en batailles, de magnifiques yeux marrons, eux aussi et des vêtements simples Bref, c’était tout le contraire d’elle, vue qu'elle avait de magnifiques cheveux blonds, tombants en cascade sur ses fines épaules et des yeux bleus, digne de la douceur d'une rivière.

C'était son frère, Aiden, et il ne semblait pas dans son état normal.

-Salut Ambre dit-il d’un ton assez bas, il semblait assez triste, voir un peu paniqué. Tu… Dois savoir que t’étais sensé partir avec un autre gars dans les jours qui vont suivre ?

Ambre hocha la tête

-Eh bien… Il a de graves soucis de santé et ils ont du choisir quelqu’un d’autre.
-Et donc ? Demanda Ambre
-J’ai 20 ans. Soit tout pile l’âge maximum.
Ambre commençait à comprendre
-Ambre, je pensai qu’on pourrait y échapper tous les deux, malheureusement… Les dirigeants de la ville ont choisis qu’on y irait à deux…

Ambre se sentait mal, très mal. Elle savait très bien que quand deux personnes partaient, c’était très rare que les deux viennent à revenir vivants, voir impossible. Soit l’un des deux se faisait attaquer et ne survivait pas, soit il mettait fin à ses jours ou sauvait l’autre en s’interposant.

-Aiden…  Ambre ne savait pas même formuler correctement sa phrase
-On n’y arrivera jamais dit t’elle d’un coup , ils sont tous morts en sortant, où alors ceux qui en sont revenus sont devenus cinglés à cause des visions d’horreurs qu’ils ont put voir, regardes ce pauvre Aaron, il ne sait même plus formuler correctement une phrase…

-Je sais soupira t’il mais on est doués, on s’en sortira et on trouvera un remède, on le trouvera.
-Aiden c’est foutu ! Personne n’a réussi à localiser cette plante, personne ! Le virus à prit une dimension énorme, on va à peine tenir quelques jours avant de mourir…
-Ambre bon sang ! Respire un coup, on y arrivera !

Aiden sortit de la chambre en claquant la porte et prit sa tête entre ses mains. La malchance tombait toujours sur sa famille. Et après tout Ambre n’avait pas tord, pourquoi eux seraient t’ils capables de trouver le remède, alors que personne avant eux n’avait pas même réussi à le localiser. Il avait simplement essayé de raisonner sa sœur, mais au final elle avait totalement raison. Ils n’avaient aucunes chances. Il venait d’apprendre que le départ se ferait dans deux jours, au petit levé du jour. Avant cela les deux allaient êtres équipés avec un arc chacun, une bonne vingtaine de flèches et un lourd sac de provisions avec des petits objets pouvant s’avérer utiles, une grande corde, un briquet, un couteau de chasse, de nombreux bandages et de quoi recoudre des plaies. Ils auraient tout les deux la même chose dans les deux sacs que chacun porterait.

                                                     
                                           
Chapitre deux
                                                Un départ rempli d'espoirs
.
                                                                 
Les deux jours passèrent trop vite à leur goût et le  grand départ arriva. Il était quatre heures, les deux jeunes n’avaient pas su fermer l’œil de la nuit, tant ils avaient du calmer leurs parents , totalement chamboulés et tristes. Comme leurs enfants , ils avaient peur, reviendraient ils un jour auprès d’eux ?  

Le jour avait finit par se lever et les adieux se finirent ,les parents ayant décidés de ne pas venir à la porte pour les accompagner, car ils n’auraient jamais supporté de les voir s’aventurer dehors, dans un monde cruel, où la seule règle pour survivre est celle du plus fort.

Ils arrivèrent sur la place, la plus grande partie des habitants du village s’étaient réunis. Ils furent donc rapidement équipés d’un lourd sac chacun, d’un arc et d’une dague accrochée à leur ceinture. Leur cœur battait vite, la peur de quitter leur village, de peut-être mourir, et de décevoir tant de personnes, car ils savaient que tous les espoirs reposaient sur eux depuis la mort des deux derniers courageux.

-Aiden j’ai peur… Chuchote Ambre à l’oreille de son frère.
-On…On va y arriver, Ambre.

Des gens leurs serrèrent la main, d’autres les encouragèrent avec des mots comme « Vous pouvez le faire » Ou même des « Bonne chance » qui sonnèrent un peu faux.

Un grondement sourd leur fit lever les yeux. La gigantesque porte en fer commençait à s’ouvrir. Alors la peur au ventre, Aiden et Ambre s’avancèrent d’un pas hésitant vers celle-ci.

Certes ils avaient vu beaucoup de jeunes partir, mais jamais ils ne s’étaient imaginés à leur place, obligés de supporter tous les regards qui les suppliés de réussir cette quête, de ramener rien qu’un souffle d’espoir pour le monde, car ils savaient bien qu’aujourd’hui, ils étaient leur seule chance peut-être même la dernière car les jeunes se faisaient de plus en plus rare, les parents s’assurant simplement de les cacher, ou alors ils mourraient avant leur départ. Ils finirent par accéder à la sortie, et après quelques pas en dehors, ils entendirent les portes se refermer dans un grincement sourd. Ils étaient dehors, et ils avaient déjà l’impression qu’un vide complet les avaient déjà saisis. Portant ils marchèrent, peu sûrs d’eux, ils allaient droit devant eux avec juste un livre entre les mains avec la description de la plante écrite dessus par un garçon l’ayant repérée juste avant sa mort. Seulement un monstre l’avait transporté pour dévorer sa proie bien plus loin. Le garçon avait comprit que c’était celle-ci par un pouvoir bien étrange… A chaque fois qu’on la cueillait, cette plante repoussé automatiquement, et grâce à un  et c’est donc comme ça car si on vient à en prendre suffisamment et à trouver un moyen de le vaporiser efficacement sur toute la planète, alors au bout de quelques jours certains reprendront leur forme habituelle, et ceux qui se retrouveront incapable de se soigner périront.

Ambre songeait. Et si après tout cette fameuse plante n’été qu’une pure invention de la personne concernée pour redonner un peu d’espoir au monde, personne n’avait réussi à la trouver malgré beaucoup d’années de recherches, et personnes ne s’était vraiment posé la question. Et si il n’existait en fait aucun moyen de ramener ces bêtes à leurs états naturels ? Le monde resterait comme ça pour toujours, et des jeunes comme Ambre et Aiden mourront en tentant de trouver un remède inexistant.  Autour d’eux tout signe de vie était mort, c’était calme. Même trop calme. Ils s’étaient aventurés dans une immense forêt sombre sans même qu’Ambre ne le remarque, elle s’était seulement contentée de suivre Aiden, la tête basse et silencieuse.
Après tout il ne fallait pas prendre le risque d’attirer une de ces bêtes assoiffées juste pour parler de tout et de rien.

Aiden s’occupait totu simplement de regarder le paysage qui l’entourait d’un œil attristé. Certains arbres étaient tombés, l’eau de la rivière été d’un bleu extrêmement foncé, presque d’un noir charbon , Aiden s’inquiétait, quand sa sœur et lui seraient trop loin de n’importe quel village ,comment pourraient ils faire pour se ravitailler en eau ? La nourriture serait plus simple à trouver, il se rappelle qu’une personne déjà sortie du village lui avait expliqué que beaucoup de baies poussaient dans la région alors qu’il était jeune, avec un peu de chance, ces baies avaient une vraie existence et serait assez nombreuses pour les rassasier aux pires moments. Car il faut dire que la pire mort qu’il soit, c’est bien de mourir de soif ou même de faim. En fait, la pire mort, c’était juste de mourir tout court. Car dans ce monde, le danger est partout, qu’il concerne de manger ou de boire quelque chose de non connu qui s’avérerait être un poison, se faire tuer par une des nombreuses bêtes sauvages ou même de ne plus rien avoir à se mettre sous la dent ou même à boire.

Les deux avait déjà bien avancé, ils marchaient si vite qu’ils avaient déjà parcouru plusieurs kilomètres en quelques heures et Aiden proposa une petite pause à sa sœur pour se désaltérer et prendre le temps de faire le point sur la situation dans laquelle ils se trouvaient. Ils s‘arrêtèrent donc au bord d’un petit lac, l’eau étant cette fois ci d’une magnifique couleur. Cet endroit semblait avoir été épargné par le dur traitement qu’avait infligé le virus à la planète car l’herbe été d’une belle couleur verte et les arbres avaient gardés leur verdure et toutes leurs feuilles.

Après quelques minutes à boire des gorgées d’eau, Aiden prit la parole.

-Bon, pour l’instant tout est calme et on a rencontré aucun souci, on a marché environ… Cinq bons kilomètres je pense et vu la position du soleil, il est environs midi. Je propose donc qu’on marche jusqu’à trouver un abri, la personne qui est venue me voir il y a quelques jour m’a dit que la température baissait énormément pendant cette période de l’année,  il va falloir qu’on trouve une petite grotte je pense, ce serait parfait et qu’on essaye d’allumer un feu.
-Un feu ?! S’exclama Ambre mais t’es totalement fou ! On va rameuter toute la forêt avec la fumée, c’est une très mauvaise idée, Aiden, il vaut mieux manger un repas froid ce soir et se serrer un peu pour se réchauffer, de plus je pense qu’il va falloir instaurer des tours de gardes pour éviter les mauvaises surprises pendant la nuit.

-Tu as raison, dit Aiden, le feu pourrait attirer pas mal de monde, on se débrouillera sur place, en attendant  le temps passe, les bêtes ne vont pas tarder à nous localiser , peut-être même sont elle déjà à notre suite, on devrait se remettre en mouvement.

-Je te suis, grand frère.

Les deux se relevèrent vivement et balancèrent leur sac sur leurs épaules. Ils se remirent en marche à une vive allure car Aiden craignait qu’une bête n’ait pu les localiser.
Très vite le paysage redevint comme autrefois, affreux, comme si il n’avait pas plu depuis plusieurs mois, un sol jaune, et pas le moindre signe de nourriture. Ambre s’inquiétait secrètement, et si son frère avait raison, les bêtes étaient redoutés pour leur discrétion et leur rapidité, se pourrait t’il qu’une de ces choses ne les suivent  et vienne à s’en prendre à eux ? A cette idée, Ambre frissonna, il vaut peut-être mieux ne pas y penser pour l’instant,  la nuit commençait à tomber et Ambre été épuisée, ils avaient marchait toute la journée, et il faut dire qu’elle n’a pas vraiment fait attention à leur objectif, elle espère tout de même qu’Aiden à bien regardé, ce serait bien stupide d’avoir loupé le remède…. Si il existe.
Aiden soupira

-Bon, je suis désolé, je n’ai pas vu une seule grotte, je crois qu’il ne nous reste qu’une solution
-Euh oui ? s’inquièta Ambre
Aiden fit tomber son sac à ses pieds
-On va se les geler, mais il y a pas le choix, ce soir, on dort sur une branche d’arbre !
-Quoiiiiiiiii ?! S’exclama Ambre Mais t’es fou ! on risque de bouger et de tomber, et qu’est ce qui te dit que y’a pas des bêtes sauvages dans les arbres ?!
-En effet Ambre, rien ne me le dit, mais partout où tu vas, tu risque d’en croiser, c’est soit ça, soit on reste en bas et on attend qu’elles viennent nous chercher, tu fais comme tu veux, mais je préfère dormir en sécurité, de plus on aura un très bon angle de vue pour voir si y’a pas quelque chose de suspect en bas qui vient rôder autour de nous. De plus, on s’attachera à notre branche pour s’assurer qu’on ne tombera pas, après tout on a chacun la notre.


Dernière édition par Admin le Mer 8 Juin - 13:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecrireseshistoires.montopic.com
Admin
Admin


Messages : 4
Date d'inscription : 08/06/2016

MessageSujet: Re: Un monde sans fin [Mini Roman, en cours]   Mer 8 Juin - 12:57

Chapitre 3
Une nuit flippante



Aiden sortit une immense corde de son sac et Ambre en fit de même, ils montèrent aisément à l’arbre et trouvèrent deux solides branches, une très légèrement plus haute que la première, ils pourraient se parler en cas de souci. Ils lancèrent chacun leur corde sur l’une des branches

-Et voilà le travail, s’écria Aiden. On aura plus qu’à s’attacher avant de dormir, je viendrai t’aider si tu veux. En attendant, le soleil a presque finit de se coucher, on a qu’à s’installer par terre pour manger.

Ils firent ce qu’Aiden avait dit et s’installèrent par terre ,au cœur de cette immense forêt sombre et déballèrent un petit peu de nourriture. Ils mangèrent assez tristement, ils n’osaient pas se le dire, mais il étaient tous les deux totalement effrayés par ce monde. Tout venait à peine de commencer, et ils risquaient de croiser la mort. La question était :
Sauraient t’ils fuir au bon moment où allaient t’ils servir de proie aux monstres les plus dangereux possibles ?
Seraient t’ils capable de ramener cette plante tant demandée par les habitants ? Existe-t-elle vraiment au final ?
Tant de questions se bousculées dans leurs têtes et les deux finirent par ranger les affaires et à s’installer sur leur branche respective.

-Je prend le premier tour de garde dit Aiden, je te réveille au millieu de la nuit, essaye de dormir un peu, Ambre, c’est important, je ne sais pas combien de temps on restera dehors.
Il vint aider sa sœur à faire un nœud bien serré pour s’assurer qu’elle ne tomberait pas, Ambre lui adressa un regard triste.

-On s’en sortira, Ambre, ne t’inquiète pas, dis toi qu’on rentrera fier de nous à la maison, avec cette foutue plante, et qu’on sera les plus respectés au village, même si on ne ramène rien on aura su ramener un rapport détaillé du monde extérieur et on aura survécu dehors, n’oublie pas que je vais écrire tout ce qu’on fait dans un carnet de poche, comme ça, si… si il nous arrive quelque chose, on aura peut-être même aidé.

Ambre hocha la tête et trouva rapidement le sommeil, exténuée par cette dure journée, Aiden remonta alors sur sa branche où il observa les alentours. Il n’y avait pas une seule source de lumière, la lune étant caché par l’épais feuillage des gigantesques arbres. Les heures passèrent, il se mit à écrire les événements de la journée dans son petit carnet

«On s’en sort plutôt bien pour le moment, on a rencontré aucun souci, pas le moindre signe d’agressivité et c’est tant mieux, on a pas mal marché, on doit avoir fait 10 kilomètres en une journée ,mais je pense qu’au fur et à mesure que les jours passeront on sera beaucoup plus longs, c’est pas ça qui compte, on essaye de repérer la plante, mais pour l’instant on a rien vu. Pour l’instant on est sur un arbre, il fait nuit..
Bien à vous,
Ambre et Aiden
Les 530 ème Chercheurs. »


Aiden referma son livret et le remit dans sa poche, la nuit été déjà bien avancée et il s’apprêtait à réveiller sa sœur quand un bruit le devança. Un bruit strident, comme un cri glaçant le sang, un bruit qui l’empêcha de faire le moindre mouvement tant la peur le rongeait, ce cri était bien loin d’être humain. Quand il reprit ses esprits Aiden baissa la tête et vit deux ronds rouges dans le noir, la chose ne semblait pas l’avoir encore remarqué mais il humait l’air et regardait le sol. Aiden retenait son souffle, son cœur battait si vite qu’il avait peur que la bête ne l’entende, il posa une main sur le couteau accroché à sa ceinture et reprit un peu de courage en sentant qu’il serait toujours capable de se défendre si la bête venait à le remarquer. La chose rebroussa son chemin et Aiden poussa un soupir de soulagement. Heureux, il tourna la tête vers la droite et poussa un cri d’horreur.

La chose aux yeux rouges se tenait sur une branche à droite de lui, la tête penchée, le fixant lourdement comme si il se demandait comment il lui servirait de diner. Il remarqua que c’était un chat qui avait muté, il était gigantesque, des yeux rouges sang avec des crocs pointus comme si quelqu’un avait tenté de les aiguiser à plusieurs reprises. Ses griffes semblait pouvoir transpercer plusieurs couches de peau, ce qui faisait de ce pauvre petit chat un ennemi redoutable de tous.
Ses yeux injectés de sang fixaient Aiden, tout en se léchant les babines comme si il songeait à la meilleure façon de le dévorer.

-Salut minou… Tu devrais peut-être… Redescendre ? J’adore les chats, et franchement j’ai pas trop envie de te frapper, d’accord ? Donc je te propose de partir O.K ?

Le chat montra les crocs et sortit d’immenses griffes, c’était un chat qui a du être magnifique avant le virus, tigré avec quelques taches blanches en dessous des yeux.

Il bondit alors férocement sur Aiden et il aurait voulu esquiver, seulement il était retenu par la corde avec laquelle il avait décidé de s’attacher. Il s’apprêta à se protéger le visage quand deux mains attrapèrent la petit bête fermement et l’envoyèrent valser en bas de l’arbre. Le monstre partit pitoyablement , la queue basse, certainement déçu d’avoir une nouvelle fois loupé son dîner, car non, Ambre et Aiden n’étaient intéressés par le fait de servir de repas à un chat pendant leur première journée de survie.

-Merci, Ambre, en attendant, c’est à ton tour de surveiller les alentours.

Aiden savait qu’il avait eu affaire à la bête la plus gentille dans ce monde, et il avait déjà faillit mourir si Ambre ne l’avait pas sauvé. Il avait intérêt à se montrer plus courageux car il ne voulait pas laisser sa petite sœur toute seule. Au bout d’un certain temps il trouva le sommeil alors qu’Ambre resta éveillée. La pénombre avait engloutie toute la forêt, laissant Ambre, frigorifiée entrain de lutter contre le sommeil qui tentait de l’embaumer. Ambre luttait, se mettant à tailler un bâton avec son couteau de chasse pour tenter de s’occuper et ainsi éviter de tomber dans les bras de Morphée. Plusieurs bruits suspects se firent entendre, mais jamais l’un d’entre eux ne poussa Ambre à réveiller Aiden, c’était sans doute certains de ces monstres, mais de toute manière, aucun d’entre eux n’avait eu la présence d’esprit de lever les yeux vers l’arbre où se trouvait les deux jeunes.

L’aube se leva bien plus vite que la jeune fille n’aurait pu le penser et son frère finit par se réveiller, il refusèrent de manger, préférant boire un peu d’eau à toute hâte, ils avaient passés une longue nuit, et l’hypothèse que le chat n’essaye de repartir à l’attaque avec plusieurs de ses compagnons fit froid dans les dos des deux Chercheurs qui se hâtèrent de poursuivre leur longue et périlleuse aventure.
Ambre commençait à s’impatienter, ils n’avait pas eu le moindre signe de la plante et elle n’était pas d’humeur à rire dans une forêt où la mort pourrait surgir de n’importe où.
-Aiden bon sang ! On devrait rentrer ! On… On a qu’à dire qu’on s’est fait attaquer et qu’on a eu vraiment peur.
-T’es stupide Ambre, tu sais bien qu’on a le droit de rentrer uniquement si on est gravement blessés ou si l’autre est …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecrireseshistoires.montopic.com
Admin
Admin


Messages : 4
Date d'inscription : 08/06/2016

MessageSujet: Re: Un monde sans fin [Mini Roman, en cours]   Mer 8 Juin - 13:05

Chapitre 4 une attaque sanglante


Plusieurs violents grognements se firent entendre et Ambre et Aiden se figèrent en regardant vivement autour d’eux.

La peur au ventre.

D’énormes Loups les avaient entourés , quatre pour être exacte. Ils tournaient lentement autour d’eux,  d’énormes crocs sortis. Leurs pelages gris était tacheté de sang et leurs babines également… Du sang qui semblait un peu trop frais au goût d’Ambre. Ils attrapèrent tout deux leur arc et firent feu sur les monstres qui n’hésitèrent pas un instant à leur bondir dessus. Le sang fusait de toute part alors qu’Aiden en avait déjà tué un, Ambre se débattait contre deux autres, son frère aurait bien voulu l’aider mais le troisième le cloua au sol et le menaçait de deux crocs sanguinolents.

Un des loups mordit Ambre qui poussa un cri de détresse, son frère se débattait comme il le pouvait, et d’un instinct de survie un peu stupide, Ambre sauta dans la rivière malgré une couleur bleue foncée qui ne lui inspirait pas confiance. La blessure lui faisait si mal qu’elle n’eut pas la force de continuer à se débattre pour ne pas se noyer qu’elle coula et fut emportée par le courant.

Après plusieurs minutes de combat acharné et violent, Aiden réussit à assommer les trois derniers loups restants, non sans être griffé à l’épaule.

-Ahah ! On a réussit Ambre !
Aucune réponse, Aiden paniqua
-AMBRE ?!
Toujours rien
-BORDEL NON C’EST PAS POSSIBLE ! OU ELLE EST PUTAIN !
Il prit sa tête entre ses mains et se laissa tomber au sol.
-Non putain, non…
Il la chercha pendant plusieurs heures aux alentours et finit par désespérer. Ambre était morte, un des loups avait surement réussit à fuir en l’emportant, et à l’heure qu’il était, elle avait déjà servit de diner.

Aiden n’avait pas été à la hauteur, il avait fait louper toute cette mission de recherche. Il se mit alors à pleurer comme il ne l’avait jamais fait, pleurer cet être cher qu’il venait de perdre, pleurer sa petite sœur qu’il n’avait pas su protéger. Que devait il faire à présent ? Rentrer et affronter le regard lourd de ses parents ? Se donner la mort pour éviter d’être traité comme un incapable ? Mais après tout, ne l’était il pas un peu ? Il sentit une langue rapeuse contre sa joue qui essuya ses larmes, il tourna vivement la tête, prenant son couteau à sa ceinture et tomba nez à nez avec un… Minuscule cocker noir et feu qui penchait la tête sur la droite, ne comprenant pas vraiment pourquoi son nouvel ami pointait un couteau sur lui.

Aiden comprit que cet animal était différent, il n’avait aucun signe d’agressivité, il semblait même très amical envers lui. Aiden approcha sa main prudemment du chiot et caressa sa tête, le chiot lui lécha le visage à plusieurs reprises.

-Bon chien… On restera ensemble jusqu’à ce qu’on trouve une solution, hein ? Peut-être qu’Ambre est encore vivante ? Tu crois pas toi ? Elle est débrouillarde, il y a un peu d’espoir, on ne rentrera pas à la maison tant qu’on aura pas au moins… trouvé une preuve de sa mort ou de sa survie
Il observa le chien, comme si il s’attendait à une réponse.

-Je suis stupide, mais je t’aime bien, Blue.

Il partit en courant dans la forêt, reboosté par cette rencontre inattendue qui lui rendait le courage dont il avait besoin pour poursuivre ses recherches. Il trouverait Ambre, même si elle est morte, au plus profond de lui, il savait qu’un espoir était encore plausible, il avait déjà lu que quand un proche mourrait, on le sentait au plus profond de soi, avec un peu de chance, il pouvait se fier à ces trucs là, après tout, rien n’était encore perdu. Il n’avait relevé aucunes trainées de sang sur le sol… Alors qu’il avait bien vu qu’elle s’été fait mordre… D’ailleurs sa blessure commençait sérieusement à le brûler, il s’accorda deux minutes de pause pour faire le nécessaire pour que la blessure ne s’infecte pas.

Mais logiquement si il n’y avait pas de traces, aucun loup n’aurait pu la porter. Elle aurait donc fuit. Ce qui laissait encore plus d’espoirs pour Aiden.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecrireseshistoires.montopic.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un monde sans fin [Mini Roman, en cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un monde sans fin [Mini Roman, en cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ruckley Brian - Un Hiver de Sang - Un Monde sans Dieux T1
» UN MONDE SANS FIN de Ken Follett
» Un monde sans fin
» Un monde sans dieux de Brian Ruckley
» KEN FOLLETT - Un monde sans fin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum/:Ecriture de tout type d'histoires :: Par ici les histoires !-
Sauter vers: